Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

"De quoi est né le socialisme ? De la révolte de tous ces sentiments blessés par la vie, méconnus par la société. Le socialisme est né de la conscience de l'égalité humaine."
Léon Blum - 1872-1950

 

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. »
Albert Einstein

Grande forme de socialistes landais: Pour demain, retour de la belle époque.

 

 

J'ai pris connaissance avec étonnement, d'un texte de "socialistes landais", qui au motif d'un soutien à M Maurel pour le prochain congrès, s'en prend avec vigueur à tous les autres socialistes. Les mots sont durs. S'il existait, en germe, une trumpérisation du PS version incantation, on ne s'y prendrait pas autrement. Bref, que de "traitres" démasqués, potentiels, rampants! L'histoire est convoquée, celle des Landes évidemment, avec l'honneur, la fierté .. autant de mots faits pour garantir vrai le propos, pour garantir une AOC.

Nous avons bien sûr une autoproclamation d'appartenir à la "vraie gauche”. Terrible. Et les autres? Cette logique d'exclusion a été le véritable obstacle aux rassemblements depuis longtemps. Elle a conduit à voter la censure contre le gouvernement de son camp et a précipité la double faillite, sociale et politique, de 2017.

 

Mais la phrase qui appelle à fonder "un projet socialiste qui allie nos fondamentaux avec les luttes nouvelles" définit les socialistes comme porte voix des luttes. Une gauche de gouvernement qui est en préparation n'est pas une synthèse des revendications mais un ensemble de solutions. Attention à la confusion Syndicats/Partis politiques que Mélenchon avait suggéré en Novembre dernier, au nom de l'efficacité revendicative. En fait repoussoir.

Ces "socialistes landais" font bien sûr appel à l'histoire et à "la fidélité" comme s'il y avait quelque par dans un temps T-N un ensemble de vérités auxquelles on aurait renoncé. Il suffirait de s'y référer. Ils en sont les nouveaux "gardiens du temple". C'est un retour pour demain, de la belle époque.

 Ils feraient mieux de méditer une des plus belles phrases de Jaurès évoquant l'avenir " C'est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source"

Le romantisme hors sol, s'il peut galvaniser des militants, ne peut, comme par enchantement, retrouver une crédibilité perdue.

 

Dans les Landes, les socialistes sont divisés en 3 courants principaux. On se croirait presque retournés au PSU. Ceux qui lorgnent et qui partent vers Hamon et qui veulent un copié/collé de l'opération Macron mais pour la "vrai gauche". La " vraie gauche" romantique de l'intérieur qui  prône la fidélité aux Landes de toujours. Ceux qui disent assez, il faut se rassembler tout de suite et qui soutiennent sans le dire un Hollande nouveau.

Choix difficile qui laisse les militants dans l'incompréhension et le scepticisme   

Sortir de 2017 et d'un PS au fond du trou, par le haut,  aurait demandé imagination, risque, et remises en question avec des propositions en rupture avec un passé de faillite.

 

Au contraire l'essentiel des propositions consiste à du "plus" pour tous, partout, avec une défense des "acquis". C'est du réformisme social qu'il faudrait en tout domaine avec une remise en cause sans équivoque du centralisme démocratique, et de nouvelles propositions de responsabilisations, concernant les territoires et les citoyens.

Pour cela il faudra du temps, du travail, sinon l'avenir sera celui des radicaux d'autrefois ou du PC depuis 1968.

 

                                                                                              Jean Claude Hiquet 20-02-2018

PS Exemplarité ??

Encore ce matin, au super marché, je suis interpelé, "Alors la gauche" puis ensuite "C'est une catastrophe" et "Ils sont devenus dingues". Des regrets pointent avec: " Pourtant il y avait tant à faire, tant de possibilités" et en guise de conclusion pour le PS " On ne peut plus faire confiance à des gens qui ne sont pas exemplaires". Le lien est rompu. L'attelage PS n'imprime plus rien. D'ailleurs depuis longtemps il va à "hue et a dia". On va voir ailleurs même si rien n'est garanti, mais c'est nouveau et il y a une chance.

Elles sont multiples les causes de cette perte de confiance.  J'en citerai 3:

-  La distorsion profonde entre les paroles et les actes

les paroles berceuses d'illusion ça va on a pigé. Mais c'est permanent dans l'histoire du PS et de la gauche. Si on revisite l'histoire il y a la formule "Mon projet c'est de prendre le pouvoir pour vous le rendre" de Mitterrand avec les propos sur "la Finance" et  "l'Europe" de Hollande. "La normalité" de ce dernier avec la "mise en scène" outrancière de son mandat l'ont discrédité.

- La relation à l'argent. On ne doit pas en parler même si bon nombre de fédérations PS ne sont même pas en règle avec leur propre statut. Je me souviens en 2007 avoir évoqué le sujet des avantages des parlementaires en Bureau fédéral. Réponse quasi unanime: ces questions font je jeu du front national donc ça reste interne. On sait bien aujourd'hui que des dérives de toute sortes se sont produites et ce n'est pas un audit limité à la campagne de Hamon qu'il faut mais une mise à plat généralisée. Ce tabou du fric coute cher à l'exemplarité pourtant sans cesse revendiquée.

- La pratique arrogante et clanique des responsabilités. Le centralisme démocratique désuet préside au fonctionnement à gauche et au PS. La verticalité s'impose avec les attributs très monarchiques des élites de gauche ou de droite qui sont aux commandes. les courants divisent la gauche qui est devenu un ensemble clanique chacun en quête de territoire à faire prospérer. Les "écuries" l'emportent sur l'intérêt général comme "la fronde "coute que coute l'avait emporté sur la conscience de l'avenir.

Il y a bien d'autres causes à la perte de confiance des citoyens et au dégagisme qui en est résulté. La démocratie interne à gauche reste bien plus opaque que le fonctionnement en conclave de l'Eglise catholique.

 Il serait illusoire de trouver des boucs émissaires. Un big bang s'est produit en mai dernier. Le PS Titanic de la gauche a été envoyé par le fond. La tentation sera grande de faire une maquette à l'identique, Prenons le temps de débattre sans autres présupposés que  la connexion avec la vie telle qu'elle va, pour imaginer le collectif de notre temps.

                                        

                                                         Jean Claude Hiquet. 15-08-2017

Hamon atteint de "Macronite"

 

Hamon quitte donc le PS, atteint lui aussi de macronite. C'est une affection

très ancienne,  mais qui a développé très récemment une forme particulièrement tenace qui transforme les neurones et logiciels  de celles ou ceux qui en sont atteints. Ils commencent par entrer dans une phase d'euphorie incontrôlable.

Notre jeune président qui en est atteint, à donné son nom a cette forme renouvelée. Elle est aussi dénommée forme jupitérienne. Elle consiste, en politique, à croire tellement à son propre destin que, après avoir renié ses appartenances on peut conquérir le pouvoir.

Selon les statisticiens cela ne réussit que 1 fois sur 1000, et encore n'ont pas  été étudiés les effets pervers tels que se prendre pour un  demi-dieu. On n'en est pas là.

Le cas de Bonaparte a souvent été observé. Fort heureusement il a été conclu que cette situation était impossible à reproduire.

Beaucoup en sont atteints, des plus hauts dirigeants aux plus insignifiants aspirants roitelets. Il y a Mélenchon  et si l'on prend la dernière présidentielle on pense aussi à Lassalle. A Bayonne M Bergé s'est récemment signalé comme agent porteur. Le cas de Valls est diffèrent si le but est le même. Il y a chez lui l'euphorie en moins et  le goût pour une autre famille en plus. Il n'est pas chef mais simplement apparenté. A droite les "destins" se préparent. Certains disent même que Sarkosy, miracle,  retrouverait une nouvelle jeunesse.

La Macronite a ceci d'extraordinaire, que ceux qui en sont atteints étaient les premiers à la repérer, à critiquer cet espèce de culte de la personnalité qui est produit et à affirmer qu'ils ne seront pas concernés. Et puis patatras les voila à leur tour pris  dans ce tourbillon qui fait tellement aimer le pouvoir qu'ils en deviennent les victimes.

Que n'a-t-on entendu souvent, utiliser la formule " Tous pour un, Un pour tous"! C'est un symptôme d'une macronite en devenir qui a gangréné toute la société.

Comment remédier à ce goût maladif du pouvoir personnel? Comme la maladie est ancienne Montesquieu l'avait déjà repérée «Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.»  disait il en ajoutant,  «Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser; il va jusqu'à ce qu'il trouve des limites.» (L'esprit des lois Montesquieu 1748). Seuls donc, des anticorps organisés et puissants,  des "limites", contiendront ces gouts personnalisés du pouvoir.

Jean Claude Hiquet 02-07-2017

PS. "Attrape tout" / "Attrape rien".

Le PS dans son conseil national a donc décidé de ne pas voter la confiance au gouvernement Macron 2. C'est un choix qui dénote d'abord un fonctionnement daté selon lequel le parti contrôle les votes des élus. Ce genre de coup de menton, pour le moins utopique est vraiment rétro. Passons.

Ce choix n'est pas partagé, comme toutes les décisions depuis les frondeurs. Chacun a pu le constater et cela a rendu le PS transparent. Les électeurs-citoyens ont confirmé.

Le PS est passé  d'un parti "Attrape tout" a un parti "Attrape rien".

La conséquence devrait être l'humilité. Elle est trop souvent le sectarisme comme à Lille où la chasse aux soutiens de Macron est ouverte. (Délégation d'un Adjoint retirée)

 

Bref, après le rejet des récents scrutins, on continue comme avant, comme si de rien n'était. Englué dans des postures, le PS ne peut voir les potentialités de la démarche Macron et des nouvelles  libertés qu'elle recèle. Il préfère la position de l'entre soit qui conduira à régler des comptes, donc à s'isoler davantage. C'est suicidaire.

Beaucoup de socialistes ainsi que leurs électeurs souhaitent une gauche de gouvernement utile au pays. Certains l'ont bien compris comme David Habib du 64 ou Gisèle Biémouret députée du Gers. Il en est de même de l'ancien ministre Guillaume Garot, réélu dans la Mayenne avec plus de 61% des suffrages qui indique après le choix du Conseil national:" Ce n'est pas ma position" (France info). Il ajoute " Il se trouve que j'ai pris des engagements devant les Mayençais, qu'ils m'ont fait confiance. Je suis dans un soutien exigeant à Emmanuel Macron".

Voila des démarches responsables, d'un PS ayant vocation à redevenir un parti de gouvernement. On en est loin pour l'instant et pendant ce temps la dynamique négative se poursuivra.

Jean Claude Hiquet 26-06-2017

Réclame

Rendez vous

 

- Jeudi 21 Février. 20h15. Luna négra. Je suis Silva.. Manu Scolari. Redevenez étudiant le temps d’une soirée ! Manu Scolari, alias Gérard Darchet, vous accueille dans son école privée, concurrente de l’ENA, pour vous former à devenir l’élite de la nation.

- Samedi 23 Février. Luna 20h15. François Petit. Serge Lopez. Ce duo est un condensé de plaisir communicatif, où sensibilité et frissons ne vous empêcheront en rien de taper des pieds et des mains pour accompagner ces deux compères dans leurs explorations et interprétations des Musiques du Monde

-  Mercredi 27 Février.  Luna négra 20h15. Patrik Cottet-Moine. Spectacle Visuel Humour & Café-théâtre. Un pur bonheur que d’accueillir à nouveau cet artiste ovationné sur toutes les scènes de notre planète. Un spectacle à découvrir en famille !- Vendredi 1er Mars. Journée sur la maladie d'Alzheimer. Matin CONFERENCE-DEBAT / 9h – 12h –« La maladie d’ALZHEIMER : comprendre, soigner, accompagner » Pr Marie SARAZIN -Après-midi 14h – 16h30 –« La tête qui tourne et la parole qui s’en va »Béatrice GURREY -

DAX – Atrium Théâtre -Cours Maréchal Foch - Entrée gratuite. Nombre de places limité / Uniquement par inscription à : contact@arc40.fr 

Tarnos

Bayonne 

Musée basque

DIDAM

LUNA NEGRA Bayonne

Muséum. ANSOT. Expo. Jusqu'au 2-06-2019

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain