Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

 Inventaire politique personnel. Etats des lieux et des mémoires pour évoquer demain

JC Hiquet Juin 2017 après Big-Bang.

 

LIENS A REGARDER

​​​

Fondation Jean Jaurès. pour le progrès et la démocratie dans le monde. Terra Nova, laboratoire d'idées progressistes.L'observatoire des inégalités pour regarder notre société en face. Avec un regard sur l'INSEE, sur l’Observatoire français des conjonctures  pour quelles alternatives économiques

"Un soignant antivax... Qui lui confierait sa vie?
Et pourquoi pas un boucher vegan? Une féministe voilée? Un platiste astronome? Un cercle carré?
 "
 
Raphaël Enthoven

Papiers faits à la main

   http://jeanlouisfauthoux.wordpress.com      Jean Louis Fauthoux       jl.fauthoux@gmail.com  

Une gauche réformiste, à mettre en chantier, pour demain

La manière de s'opposer pour la gauche réformiste, déterminera sa crédibilité. Si c'est une opposition systématique, qui veut défier Macron, en refusant de participer au moindre progrès pour un mieux être de chacun, elle sera balayée aux prochaines échéances. Et Mélenchon ne tiendra pas le manche. JCH 14-07-22 

    La commune de Paris, sujet tabou de la République ....  ICI

   Fiasco des Allées Shopping à Ondres ...   Dossier à consulter   ICI

Bouclier protecteur pour eau, gaz, électricité
 les difficultés de vivre  ont, pour beaucoup, fortement progressé.

L'énergie va augmenter grave, dans un contexte d'explosion des inégalités. Il est plus que temps de promouvoir un "bouclier eau-énergies" qui va accorder gratuitement à chaque foyer, un minimum pour le chauffage, le gaz, l'électricité et l'eau. Au delà de ce bouclier protecteur, droit pour tous, les tarifs seront progressifs.  
JCH 03-10-21

Une fin de "l'abondance" comme opportunité pour promouvoir équité et solidarité?

 

E Macron a inauguré la rentrée par des mots forts à connotation volontariste, voire même guerrière, dans un contexte d'aggravation climatique, de guerre en Europe et donc de crise géopolitique.

 Suite ci-dessous

Une fin de "l'abondance" comme opportunité pour promouvoir équité et solidarité?
La fin de l'abondance.pdf
Document Adobe Acrobat [50.0 KB]

Les 2 maladies infantiles de la gauche, "Radicalité" et "Contextualisation des problèmes", ont la même conséquence: la montée du FN.
 

Il peut paraître un brin incongru, aujourd'hui de citer Lénine. Pourtant, il eut des accès de lucidité à partir de 1920, quand il critiqua la radicalité des partis communistes refusant le parlementarisme. 

Ainsi dans "le gauchisme maladie infantile du communisme" il critiqua la soi disant "pureté révolutionnaire" de ces partis qui, plus tard, allaient imaginer la stratégie "classe contre classe" et rejeter à droite tout ceux qui n'étaient pas de leur bord.

Aujourd'hui on peut parler de "maladie infantile de la gauche", avec ce nouveau "gauchisme", sa radicalité, et sa manière de contextualiser tous les sujets, ce qui revient à se mettre dans la situation de ne pas les traiter. 

 

Première "maladie" d'une partie de la gauche, la radicalité.

La radicalité des attitudes, des propositions place la barre tellement haut que tout compromis devient impossible. A cet égard la formule "Faire payer les riches" est significative. Il s‘agit de communication passe partout. Il vaut mieux avancer des dispositifs (taxes péréquations ou mesures d'équité) et distinguer dans les profits, tous ne sont pas nocifs. Il convient d'éviter de faire croire qu'il n'y aurait que des solutions dans le "tout État", dont on sait, qu'il s'agit en fait de défendre une bureaucratie. Cette perspective a été définitivement abandonnée un jour de décembre 1991. (Disparition de l'URSS)

Les grèves préventives sont en fait démobilisatrices alors qu'elles recherchent le contraire. Aujourd'hui la CGT laisse "pourrir" la mobilisation des raffineries et fait même de la surenchère en appelant à de nouvelles journées d'actions. On est souvent radical pour contrer des amis de la même mouvance. Désespérant pour des salariés.

Il y a de quoi se détacher de la gauche quand on voit aussi la NUPES doubler les syndicats par une manif calamiteuse que l'on dit réussie. Cette situation profite au FN dont la stratégie consiste à sourire et à poursuivre sa banalisation avec la droite extrême de Zémours, servant d'alibi repoussoir.

Ainsi la radicalité devient la boussole, depuis peu de la CGT ainsi que de la FI. On reste alors dans le discours virulent, dans le long terme, à l'opposé du compromis et de la négociation. Ceci dit, évitons de généraliser à tous les syndicats de toutes les organisations.

 

Deuxième "maladie" infantile de la gauche: la contextualisation des sujets.

On pratique la politique du "tout ou rien". Au motif que beaucoup de questions interpellent le système on va tout de suite à la contestation de la société. Comme c'est impossible à court terme, tout progrès minime se voit contesté. On ne peut changer de contexte du jour au lendemain ou parier sur "un grand soir". On en arrive rapidement à une impasse.

 Ainsi, on fait le procès de la légitimité de Macron au moindre prétexte. Et ainsi de suite, on en arrive à la 6ème République, c'est bien évidemment sans solution immédiate. C'est donc une voie sans issues et à l'extrême droite on applaudit des 2 mains. 

Par ailleurs, à l'assemblée nationale  "la fin justifie les moyens". On fait dans l'invective, le bruit et le procédurier. Le résultat est le même. Toutes les ligues ou factions d'extrême droite ont toujours eu beau jeu de critiquer le parlementarisme et d'en appeler à des solutions autoritaires.

JL Mélenchon, comme il l'avait tenté en 2017, souhaite unifier syndicats et partis de gauche, tout étant politique. C'est la négation de l'indispensable action revendicative syndicale autonome est contraire à toute l'histoire du mouvement ouvrier. C'est le chemin le plus court pour le mener à l'impuissance. 

 

La gauche a trop souvent contextualisé tous les sujets en particulier à propos de la sécurité. On a déresponsabilisé les fauteurs de troubles en accusant leur contexte. On a ainsi offert un boulevard au FN.

On se souvient de L Jospin en 2002, affirmant qu'il pensait que la baisse du chômage entraînait mécaniquement celle de l'insécurité, comme si un meilleurs contexte impliquait moins d'incivilités. Quelle erreur et quelle naïveté! 

Dans les banlieues, les "quartiers" dit-on, on poursuit par des solutions collectives alors que les vraies solutions se trouvent dans chaque famille et chaque personne. Jamais on a mis l'accent dans des actions autour de la "parentalité" et de l'accompagnement individualisé. 

La contextualisation des sujets va jusqu'à convoquer l'histoire à la moindre grève. Selon JL Mélenchon on assiste aujourd'hui à un "mai 68 perlé". C'est à ne rien comprendre de la période “mai juin 68" d'une part, et d'autre part, inscrire de toute force, les revendications dans le "Roman" de la gauche, produit l'effet inverse de celui qui est recherché.

L'effet inverse c'est l'inexorable montée du FN. 

5 ans pour se ressaisir à gauche. Le temps presse, pour abandonner des postures idéologiques et retrouver une gauche responsable, donc refondée.

                                                                                                Jean Claude Hiquet 25-10-2022

Assemblée nationale: Batailles de boutiquiers. Le groupe le plus responsable gagnera les prochaines législatives

Qui a gagné? Macron de façon relative.

Le groupe "Renaissance" n'a pourtant pas crié victoire il pensait  à une majorité absolue pour le Président...

Tous les autres groupes ont dit leur satisfaction, malgré des résultats très faibles, hormis l'extrême droite qui la joue en discrétion et qui a pourtant multiplié par 10 le nombre de ses députés. Il ne faut pas faire peur et se crédibiliser pour une alternative.

Pour ce qui est de la gauche le Sénateur Malhuret indique "D'autres croient avoir gagné parce qu'ils n'ont pas compris qu'ils avaient perdu".... JCH 30-07-22   Suite ci dessous 

Assemblée nationale: Batailles de boutiquiers. Le groupe le plus responsable gagnera les prochaines législatives
Assemblée nationale.pdf
Document Adobe Acrobat [58.9 KB]

Le point après les législatives.
Un fait politique éterminant. Une extrême droite qui entre en force comme jamais au Parlement.

"Les loups sont entrès dans Paris"

L’extrême-droite est le premier parti d’opposition à l’Assemblée nationale. Pas dans le cadre d’une dose de proportionnelle, mais bien parce que dans nombre de départements, il a rassemblé la majorité de ceux qui se sont déplacés. Jusqu’à hier, les loups rôdaient dans les bois autour des portes, nombreux mais activement tenus à l’écart. Les murailles se sont écroulées et ils vont ce matin par les rues...etc.
Arthur
Article publié par le site "Sauvons l'Europe"

A lire avec ce lien.

Le nouveau Tsar de toutes les Russies, et même plus, veut réécrire l'histoire et se débarrasser de la démocratie.
Le pire s'est produit en Ukraine. Une grande puissance nucléaire, la Russie est partie pour occuper le pays sinon au besoin le détruire.

C'est la situation internationale la plus gravissime depuis la crise des fusées que Kroutchev voulait installer à Cuba en 1961. Jamais une telle violence ne s'était produite, aux portes de l'Europe, depuis les années 80 et la dislocation de l'ex Yougoslavie.

C'est la guerre. L'impensable se déroule sous nos yeux avec le cortège infini des refugiés, des morts, des destructions. 

L' Ukraine! Quel est ce pays qui a gardé en mémoire les meurtrissures de l'histoire? Comment en est-on arrivé là? Comment en sortir  par le haut si c'est encore possible?                  Voir suite ci dessous

  Jean Claude Hiquet 4-03-2022

Le nouveau Tsar de toutes les Russies, et même plus, veut réécrire l'histoire et se débarrasser de la démocratie.
Ukraine 1.pdf
Document Adobe Acrobat [69.7 KB]

   Secours Populaire

Mairies du Seignanx et Bassin de vie

RECLAMES

Ces mots de Voltaire sont éclairants. Il livre une définition du fanatisme
Laicité. Voltaire.BN PS.pdf
Document Adobe Acrobat [55.6 KB]

BAYONNE

Musée basque et histoire de Bayonne

CAUTERETS

Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain