Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

Archives Présidentielles 2022

Dans un contexte terrible, la démocratie n'en est que plus légitime

Jamais encore une campagne présidentielle, ne s'était déroulée dans un contexte aussi terrible:

+ Quoiqu'on en dise la Pandémie n'est pas terminée. La Chine reconfine et le taux d'incidence augmente. Jamais, depuis 1918 et la grippe espagnole, on avait affronté un tel big-bang sanitaire. Les esprits en sont marqués durablement.

La guerre s'est invitée en Europe. Depuis le 24 février l'Ukraine est anéantie malgré une résistance opiniâtre. Jamais depuis le nazisme on avait vu à nos portes ce cortège de morts, de malheurs et de réfugiés. La menace nucléaire est évoquée et en rajoute à la désespérance ambiante.

 

Dans cette réalité qui frappe fort dans les têtes, les élections peuvent s'en trouver marginalisées.
Pourtant, ce contexte lourd  appelle au sursaut comme une urgence. Raison de plus, pour défendre et faire triompher nos valeurs, en particulier la vie démocratique. Raison de plus pour aller voter et pour donner aux scrutins des 10 et 24 avril une exemplarité incontestable.

Le président du Sénat lorsqu'il met en doute la légitimité du prochain scrutin a un comportement factieux et irresponsable, qui valide par avance une contestation des prochaines échéances. 
"S’il n’y a pas de campagne, la question de la légitimité du gagnant se posera" avance M Larcher. Insupportable. E Macron a eu raison de répondre "Un Président de devrait pas dire ça". 

 

Il y a une campagne, hélas, comme jamais. 
On a dans la pratique la mise en oeuvre des attributions principales d'un Président de la République: La paix et les relations internationales; La défense, le Président étant chef des armées; Les grands principes de notre république. E Macron peut ainsi être jugé. Ajoutons que dans les domaines essentiels de la vie des Français les principales mesures envisagées sont mises en débat
Le 27 mars 3 meetings importants ont été diffusés. 
Il convient d'ajouter que "Le Gouvernement est chargé par la Constitution de déterminer et de conduire la politique de la Nation". Les élections législatives  à venir compléteront la construction de notre édifice démocratique. 
Il convient par avance de le légitimer.              JC Hiquet 28-03-2022

 

A droite toute ... Arrogance et instrumentalisation des peurs. Pour un sursaut républicain 
 

Jamais dans l'histoire récente, la gauche de gouvernement n'a été aussi divisée, aussi faible, tellement faible qu'elle a disparu des radars. Elle est à peine citée dans les journaux d'information. Il faut probablement remonter à 1958 pour trouver une gauche non communiste en aussi piteux état.

En réalité elle traîne un quinquennat Hollande jamais soldé. Elle traîne une doctrine, un logiciel jamais renouvelé.  Le "Tout sauf Ségolène" du congrès de Reims a produit un repli doctrinal du PS. Les propositions de Ségolène Royal de 2007 qui avaient rencontré un écho ont été abandonnées et jetées aux oubliettes de l'histoire par F Hollande.

 

Aujourd'hui tout est plié. Pourtant la base gronde. Plus de 200000 signatures veulent organiser des primaires à gauche fin janvier. Mais, c'est une maladie systémique, chacun veut se compter. Alors que des vents mauvais soufflent sur la France, a gauche on va ouvrir boutique. C'est un suicide collectif.

 

La droite pavoise. "A droite" dit M Ciotti qui est bien installé sur le porte bagage de V Pécresse. Tous deux ont galopé après l'extrémisme. Le résultat c'est une extrême droite au plus haut dans l'histoire contemporaine. 
Avec une gauche disparue des radars on assiste a une instrumentalisation des peurs éhontée en ajoutant l'arrogance de ceux pour qui l'accession au pouvoir est un dû.

Pour la droite il est naturel de gagner la présidentielle et la légitimité ne peut se trouver que dans son camp
Tout a été bon pendant la campagne interne: la tambouille politicienne de Bertrand pour refuser puis adhérer aux primaires; La dénonciation de l'Europe par l' Européen Barnier; l'acceptation d'un vote Zemour par l'extrémiste Ciotti; La course après celui qui aura les postions les plus extrêmes par V Pécresse.

 

Les primaires de droite ont consisté à un concours pour savoir qui est le plus, dans le tempo donné par Zémour depuis 3 mois. On a tout à redouter de l'attelage Pécresse/Ciotti quand on voit le potentiel de voix engrangé par l'aventurier Zémour.

On va donc à tout va instrumentaliser les peurs. On va interdire la délinquance avec l'immigration et dénoncer l'Europe. Et on va évidemment augmenter le pouvoir d'achat en baissant les cotisations et en équilibrant le tout par le moins disant social. Sans parler des 200000 fonctionnaires en moins à trouver.
C'est en 2022 du modèle républicain qu'il s'agit, de sa défense et de sa promotion. S'il est trop tard pour un sursaut à gauche il est encore temps pour un sursaut républicain

                                                                                                                                Jean Claude Hiquet 8-12-2021

Aucune chance de gagner à gauche  sauf un big bang ... une primaire de toute la gauche 

 

La gauche a déjà perdu la présidentielle, si tout reste en l'état. Quelle irresponsabilité!

Il y a autant de candidats que de partis, de groupuscules, il faudrait dire plutôt. Sans compter les candidatures individuelles et celles de ceux qui attendent une sollicitation. 
On ne mesure pas le désarroi des citoyens de gauche et le désir de tourner la page de "l'archipellisation" pour en venir à une candidature crédible. Il est un peu tard pour cela, mais il n'y a qu'une voie étroite à emprunter, c'est celle de primaires ouvertes à toute la gauche.  Si le PC, le PS...etc.  s'associaient à celle des écologistes ce serait un tel big bang à gauche qu'une dynamique victorieuse pourrait être enclenchée.

Il y eut des primaires malheureuses comme celle  de 2017. Mais en 2012 Hollande y puisât la crédibilité qui lui manquait pour finalement l'emporter.

En tout cas la gauche n'a plus rien à perdre pour s'accorder sur une primaire commune. Un sursaut serait tellement étonnant qu'il pourrait enclencher une dynamique. C'est la seule voie à prendre tant la situation est difficile pour la gauche.

 

Aujourd'hui on a des candidatures de confort et de témoignage, qui ne constituent qu’un espoir de mieux recruter à l'avenir. 
Au PC, au PS, à EELV on sait bien qu'une qualification pour le second tour est impossible. Pourquoi donc maintenir des candidatures? Pour prendre date, pour espérer se renforcer. Chaque candidat dira pourtant que c'est pour gagner. Quelle hypocrisie et quelle irresponsabilité! Chaque boutique est dirigée par des boutiquiers espérant "capitaliser" (Quel mot), espérant se préparer mieux aux législatives qui suivront. Quel outrage au bon sens et à la gauche elle même préside à cet état d'esprit! 

Et que dire de Mélenchon qui se croit candidat naturel permanent, depuis 2017! Les langues commencent à se délier, et nombreux sont ceux qui pensent comme Montebourg que JLM est Le problème pour la gauche.
A gauche il n'y a qu'une juxtaposition de problèmes, et des désaccords patents non réglés par des appareils qui ont fait leur temps et qui sont inadaptés à nos institutions. 

 

Dans cette situation si complexe, inextricable,  les simples discussions, tables rondes,  assises ou autre, n'ont eu aucun effet. Seule l'organisation de primaires pour toute la gauche peut mobiliser pour 2022. Donner la parole à "la force citoyenne" , au "peuple de gauche" reste la seule alternative.

                                                                            Jean Claude Hiquet 03-07-2021

   Secours Populaire

Enfants: Camps Moyen Orient.  ACCUEIL

Mairies du Seignanx et Bassin de vie

RECLAMES

Ces mots de Voltaire sont éclairants. Il livre une définition du fanatisme
Laicité. Voltaire.BN PS.pdf
Document Adobe Acrobat [55.6 KB]

BAYONNE

CAUTERETS

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain