Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

Page en construction

Bayonne ville centre du bassin de vie.

Trambus Tarnos. C'est parti.

Le 6 juin l'Hôtel de ville était trop petit pour accueillir le public venu s'informer sur les prochains travaux qui vont débuter en octobre.

Lire le compte rendu publié dans Sud Ouest. ICI

Diaporama présenté le 6 juin ci dessous..

Diaporama Trambus présenté le 6 juin.
TRAMBUS Tarnos juin 2018 low.pdf
Document Adobe Acrobat [1.3 MB]

Les collectivités territoriales principales forces conservatrices?

Le journal du dimanche du 08-10-2017 titre "La colère des Maires contre Macron". A priori il y a de quoi. La fin de la taxe d'habitation signifie-t-elle la fin de l'autonomie financière des collectivités? Le mouvement de baisse des dotations va se poursuivre à partir de 2019 et limitera l'investissement. Le marché proposé par l'exécutif, ce pacte "Girondin" consistant à dire "Faites des économies et on accompagne" n'a convaincu personne d'autant que les régions sont aussi mises à contribution. JC Hiquet 11-10-17  Lire ci-dessous.

Les collectivités territoriales principales forces conservatrices
Article Les collectivités territoriales [...]
Document Adobe Acrobat [50.1 KB]

Transports et territoire
 

Découvrir ICI notre futur moyen de transport

 

Un territoire a plusieurs rôles ou définitions. Souvent il a une fonction adminisrative avec un certain nombre de compétences. ( Périmètres hérités de 1789). C'est le cas du canton, du département. Peu importe ici si les habitants ont des sujets à partager en matière de santé ou de carte scolaire. Ils sont administrès et ils élisent des représentants.

Mais un territoire peut aussi réunir les habitants qui ont tout en commun: les enfants vont aux mêmes lycée, les sorties sont les mêmes, les trajets travail/domicile se croisent. Il s'agit des bassins de vie. Ils n'ont pas de gouvernance mais pourtant c'est là que sont traités les sujets de la vie quotidienne et c'est là que l'on constate un déficit démocratique puisque rien n'existe.

C'est le cas du Seignanx par rapport à Bayonne: 2 départements differents, 2 communautés de communes differentes mais pourtant des sujets identiques pour les habitants. Il en est ainsi des transports en commun.

 

Les habitants du Seignanx ne vont pas à Dax ou à Mont de Marsan et il serait ridicule d'organiser les transports dans ces directions. Le président de MACS avait cru un temps qu'en matière de transports une ligne St Martin de Hinx - Soustons pourait fonctionner. Voila un exemple parmi tant d'autres, de dépenses inutiles. L'expérience est interrompue.

Il faudra bien un jour que la décision politique deviennent connectée à la vraie vie.

La municipalité de Tarnos avait des 1977 considéré que malgré des départements differents il convenait de prendre en compte la situation géographique et de participer au syndicat des transports de l'agglomération Bayonne dès sa création.

Aujourd'hui malgré les compétences transport attribuées à la CC du Seignanx au Nord et à l'agglo Pays basque au sud, ce syndicat reste en place. Il convient de préciser que c'est grâce à la mobilisation tarnosienne (Association TOUS; Tarnosiens organisés unis et solidaires) et au sérieux des élus du Sud.

Enfin! des décisions et une gouvernance en adéquation avec la vie telle qu'elle va. Puisse cet exemple inspirer les réflexions à venir sur le millefeuille territorial que d'aucun critiquent volontier tout en se satisfaisant de la situation actuelle. C'est la bonne définition du conservatisme.                   
                                                                                       
Jean Claude Hiquet 25-02-2018

Quel transport en commun pour les habitants du territoire

 

Une enquète est réalisée par l'association TOUS afin de connaître les besoins, les souhaits des tarnosiens en matière de transport

 

La population est consultée sur le maillage des lignes de Bus en prévision de l'arrivée du Trambus.

 

L'expression des citoyens est possible aussi sur le site de la ville 

 

 Boucau / Tarnos. Pour un bon usage des perspectives Macron

 

 

La première conférence des territoires a eu lieu le 17 juillet. "Le numéro de charme de Macron" titre "Le Point". Evidemment, avec l'avantage de la clarté. Tout est clairement exprimé ou presque. Il faudra  faire des économies, (13 milliards) mais l'Etat préservera les zones en difficultés (Pas de fermetures de classes en primaire et haut débit).

Et surtout le président annonce, la fin d'un Etat jacobin. pour de vrai semble-t-il. Il indique:

"L'Etat doit maintenant agir de façon différenciée, aussi près que possible des territoires » et "injecter davantage de libertés".

C'est un véritable appel à l'initiative locale qui a été lancé, sur tous les sujets semble-t-il en particulier sur les économies à réaliser. Au passage il conviendra de réduire le nombre d'élus locaux , pourquoi pas si c'est assorti d'un véritable statut. C'est donc en opposition à une "France Jacobine"  défendue par à peu près tous les gouvernements jusqu'ici, que Macron propose aux territoires d'assumer leurs diversités avec "un pacte girondin".

Cette autonomie accrue proposée au "local" ne va pas manquer de défriser tous les centralisateurs, démocratiques ou pas, qui vont encore évoquer le code de la route le même pour tous.

Pourtant, il conviendrait de prendre Macron au mot et de faire un bon usage des perspectives proposées. Les contraintes financières sont lourdes. Les années1990/2010 ne reviendront pas. En outre les nouveaux projets ou besoins ont un coût sans commune mesure avec ce que l'on connaissait. Cela oblige au bon sens et au courage. Dans cette situation, deux solutions sont possibles pour les communes:

-  Ne pas bouger. Avec des communautés de communes de plus en plus mastodontes, centralisées, assurant la quasi totalité des compétences des maires. C'est la marginalisation de fait, à terme, des communes et de la démocratie de proximité. Il n'est même pas sûr pour le Seignanx que le périmètre actuel soit suffisant.

-  La fusion des communes proches. C'est un mouvement qui a déjà eu lieu dans les années 1950, qui a été faible par la suite ( 517 communes nouvelles en 2016/17 par la fusion de 1760 entités). La géographie et l'histoire indiquent que Boucau et Tarnos peuvent devenir une seule commune. (Voir Sud Ouest Dax du 20-07). C'est un enjeu à la fois de mutualisation intégrale des moyens et de démocratie de proximité.C'est une garanti pour peser dans l'intercommunalité

Ces évolutions seront les seules à préparer un avenir, qui reste aujourd'hui, par trop incertain. Il conviendrait alors d'anticiper les solutions plutôt que de les subir, et d'inviter les citoyens à se saisir de ces sujets, sans rester dans le revendicatif stérile.

 

Jean Claude Hiquet  20 juillet 2017.

 

* On célèbre cette année le 160ème anniversaire de la création de Boucau issu de 2 quartiers de Tarnos.

Le Seignanx...hors sol et hors du temps?
 

Le Seignanx à mi mandat présente un bilan de la gestion de la CC par sa majorité. Des actions engagées bien sûr, des réussites, des initiatives nombreuses certes, en matière d'urbanisme et d'environnement, et ce n'est qu'à propos du tourisme qu'un bilan contrasté est signalé.

Bref se dégage d'une lecture rapide du bulletin diffusé à la population, une impression de "globalement positif" dans tous les domaines. Voila une collectivité donc, qui a redressé la barre, mieux, qui  se trouve sauvée par une nouvelle taxe prélevée.(TEOM).  Il y a même des "marges de manœuvres pérennes". De quoi se plaint-on donc en France? Pourquoi ce tintamarre des Maires qui ne parviennent plus à joindre les 2 bouts? Ils doivent se tromper. Tournons nous vers le Seignanx.

En vérité la dernière livraison de la communauté de commune est à prendre pour ce qu'elle est: une bonne communication de chef de service mandaté pour "vendre" la marque Seignanx sans autre objectif. C'est un choix, ça peut marcher, mais cette tonalité est largement hors sol et hors du temps comme si faire de la politique consistait simplement à communiquer l'instant, le court terme, hors contexte.

En réalité le Seignanx est à la croisée des chemins mais ne veut pas le voir ou le dire comme si toute réflexion était impossible. Mais "Parler vrai" il le faudra bien.

 

La situation financière est incertaine. Le Seignanx ne s'est rétabli que sous perfusion départementale avec une taxe choisie d'entrée à son taux très élevé. La contraction des recettes va le toucher comme toutes les collectivités. Il lui sera demandé des économies sous peine de voir ses dotations baisser. Pour faire face il lui sera impossible d'éviter la question de son périmètre et de l'adéquation à mettre en chantier entre communauté de commune et bassin de vie. Inutile d'accuser Tarnos de vouloir aller avec Bayonne. Le Seignanx y est déjà. Les périmètres de 1790 ne tiendront pas à l'épreuve de la géographie et de la vie telle qu'elle va. La politique ne détournera plus  longtemps le principe de réalité.

Par ailleurs, le projet phare des allées shopping est caduc. Auchan a définitivement déserté. Le modèle qui a inspiré les hyper, est abandonné, et les habitudes de consommation vont trancher. Aucune réunion publique n'a eu lieu sur ces sujets. Par contre une réflexion visant à se demander comment on équilibrerait l'agglomération bayonnaise au Nord avec une  RD 85 véritable périphérique extérieur, serait la bienvenue.

Ces sujets mériteraient de nombreuses communications sans oublier la conception des CC (centralisées ou pas) et leur gouvernance.

La gouvernance du Seignanx est illisible à la lecture de Sud Ouest. Il s'agit en fait d'une configuration originale. On fait pas dans le consensus au contraire. La majorité c'est tous hors Tarnos avec la commune disposant se la moitié des citoyens mise hors jeu. C'est dire le chemin à parcourir pour parvenir à une CC "normale" ou mieux pertinente au regard de la démocratie.

                                                                                                  Jean Claude Hiquet   09-10-2017

Création de Boucau regroupant 2 quartiers de Tarnos en 1857. Pourquoi? Et aujourd'hui?

 

Cette création, a donné lieu à une conférence le vendredi 15-09 à Boucau. Jean Pierre Cazaux, devant une salle comble, a présenté avec une précision d'horloger, les faits, les protagonistes, les cheminements qui ont conduit au décret du 14 septembre 1857 instituant une nouvelle commune en lieu et place de 2 quartiers de Tarnos, Boucau et Romatet. Il a su par sa sobriété, par le raccourci qui fait mouche ou le détail qui éclaire le sujet, raconter une histoire dont on a compris qu'elle a son actualité.

Donc en 1857, Saint Esprit, que les révolutionnaires avaient appelé un court moment "Jean Jacques Rousseau" quitta son statut de chef lieu de canton du Seignanx en devenant un quartier de Bayonne, et Boucau fut créé.

 

Cela est dû à la volonté des hommes probablement: Le couple impérial venant aux corridas dans les landes reçut des demandes de rattachement à Bayonne, la communauté israélite de Saint Esprit  souhaitait un rattachement, et les tarnosiens habitants de Boucau et Romatet demandaient un lieu de culte près de chez eux.

Mais plus surement la pression des choses et  l'évolution de nos territoires expliquent le décret de 1857.En effet, la gare est construite à St Esprit et le premier train arrive donc dans les Landes mais aussi un peu à Bayonne en 1854. Le développement économique généré par le trafic se fait autour de la gare de Boucau encore tarnosienne.

C'est dans ce contexte nouveau qu'est donc proposé un nouveau découpage départemental faisant en sorte que les Basses Pyrénées accueillent le canton de St Esprit. Les 2 préfets ne parviennent jamais à un accord, les Landes demandant d'importantes compensations au sud est du département. Pourtant toutes les communes sauf 2, Biarrotte et St Laurent, votèrent pour le projet, et le Conseil municipal de Tarnos refusant la partition de la commune, demanda son rattachement aux Basses Pyrénées.

 Pourtant, dans une situation complexe la commission législative préparant le décret impérial souhaita que seule la ville de St Esprit soit rattachée au 64 et que seuls les quartiers de Boucau et Romatet soient détachés de Tarnos ce qui représentait la moitié de la population tarnosienne.(1500 habitants).

 

Aujourd'hui qu'en est-il? En toute logique, la fusion Boucau-Tarnos sera à l'ordre du jour. Un 1857 à l'envers donc et un retour aux sources qui apparait comme une solution d'avenir. Ces démarches sont souhaitées quasi officiellement par les pouvoirs publics. En effet le maintien des dotations de l' État est conditionné par la proposition au local d'un périmètre plus économe. En outre une diminution drastique du nombre d'élus est prévue. Telle est aujourd'hui la pression exercée sur les communes. Fusionner répond à ces objectifs.

Quand à la volonté des hommes, si elle est souvent polluée par des supposés destins basques ou landais, imageries commodes de tous les conservatismes, les élus de Tarnos  ou Boucau ont encore récemment manifesté leur volonté d' ouverture et d'évolution.

Le nouveau cahier des charges imposé de fait aux communes, implique un dépassement de la configuration actuelle et sera l'occasion, si la fusion Boucau Tarnos se réalisait, d'un renouveau démocratique local.

                                                                                  Jean Claude Hiquet 17-09-2017

Réclame

Rendez vous

- Dimanche 14 Octobre. Bayonne Musée basque et de l'histoire de Bayonne.

 1966, GAUR. L'art basque sous le franquisme. Jiusqu'au 4 Novembre.

11 et 25 Octobre Conférencespar Jacques Battesti.

Voir Programmes et projets.
-- Dimanche 14 Octobre Jusqu'au 28 octobre, le DIDAM présente l'exposition "Martha Cooper, shooting a revolution", consacrée à l'une des pionnières de la prise de vue dans l'univers du graffiti..

+  Mercredi 17 Octobre. Bayonne. Divers lieux. Festival international de street art. 5 artistes européens en résidences de création dans l’espace public réaliseront à Bayonne 8 peintures monumentales ainsi de de nombreuses interventions artistiques dans le coeur de ville.
 - Mercredi 17 Octobre  Musée basque.16h30. Commémoration 14-18. "Panache et tourmente d'Edmond Rostand durant la grande guerre" et l'année 1918.

-  Jeudi 18 Octobre. Bayonne. Librairie Hirigoyen. Rencontres littéraires. 18h.Cédric Gras.
-
 Jeudi 18 Octobre.Luna négra. 20h15. Gabriel giordano est un chanteur, musicien, compositeur et interprète qui, accompagné de sa guitare, vous fait voyager dans son univers musical varié
-  Jeudi 18 OctobreTarnos Médiathèque. 19h. Comment penser avec Marx aujourd'hui?. Roger Martelli, historien et directeur de publication du magazine Regards.

-Vendredi 19 Octobre.  15h. Musée basque. Splendeurs et démesures vénitiennes Chantal Laborde, Auteur, Historienne

-  Samedi 20 Octobre. Bayonne. Librairie Hirigoyen. Rencontres littéraires. 17h. Adrien Bosc
- Samedi 20 Octobre. (et vendredi 19). Luna 20h15.Musique & Chanson. "Trajectoires" est le premier album de Sarah Okin, jeune auteure, compositrice et interprète, originaire du pays basque.

Tarnos

Bayonne 

Musée basque

DIDAM Expo 

LUNA NEGRA Bayonne

Muséum. ANSOT. Expo. Jusqu'au 2-06-2019

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain