Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

Selon l'INSEE, "les bassins de vie sont définis comme les plus petits territoires au sein desquels les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants". Le Seignanx a donc pour centre Bayonne

Les bassins de vie ont été zonés en 2012. Le bassin de vie de Bayonne, comprend 37 communes selon l'INSEE. Le "Schéma de cohérence territoriale" de l'agglomération de Bayonne (SCOT) en compte 48. Il s'agit d'un " espace de convergences, où se rencontrent l’Adour, la Nive, le littoral Atlantique et la montagne basque."

Le SCOT dispose "de 2 EPCI, le Seignanx et une partie seulement de l’Agglomération Pays Basque". Tarnos compte 46% de la population du Seignanx. 

Une décentralisation respectueuse de la vie réelle, devrait permettre aux bassins de vie de disposer d'une gouvernance et d'une vie démocratique. C'est impossible aujourd'hui avec 2 départements (40 et 64) et 2 Communautés de communes.

Bayonne ville centre du bassin de vie.

Enfin… Quand la communauté de communes du Seignanx intègre que Bayonne est le centre de notre bassin de vie 
 

La CC du Seignanx souhaite demander son adhésion au syndicat des transports de l’agglomération de Bayonne. Une prise de conscience tardive de la vie locale, telle qu’elle va. Une prise de conscience que le bassin de vie est incontournable. Il en aura fallu des contorsions, du temps, et même la convocation de groupe de travail et bureau d’études, pour en arriver là. Pour découvrir en fait que le seul souhait des habitants du Seignanx c’est le déplacement vers Bayonne.  

Pour autant, en 2013, le maire de Bayonne, Grenet, s’était exprimé sur le sujet, lors de la présentation de ce qui allait devenir le projet Trambus. À la demande  d’adhésion au syndicat de transport formulée par un élu d’Ondres il a répondu: impossible. Et il a précisé: d’abord il faut une délibération du conseil municipal, ensuite on n’adhère pas à un projet lorsqu’il est ficelé. De nouvelles adhésions ne seront possible que dans quelques années. Et le financement ?. Il a ajouté : il y a trois ans vous avez été prévenu du projet et vous voila?. J’ai demandé au département des Landes de participer comme le font les PA. Refus. J Grenet avait même menacé de taxer les bus du 40, circulant à Bayonne. Depuis cette époque les coûts du projet ont sensiblement augmenté.

 

Aujourd’hui, on en est à la réalisation du TRAMBUS. et ces propos gardent quelque pertinence. Tarnos qui est au syndicat des transports depuis sa création, doit accepter par son vote que la CC du Seignanx adhère au syndicat en y respectant son exécutif. En effet, les Parkings de fin de ligne, dédiés au trambus sont une opportunité pour toutes les communes du canton. La compétence transport souhaitée par le président de la communauté de communes ne peut avoirqu’un objet unique qui est l’adhésion au syndicat.La proposition de payer la cotisation tarnosienne outre son  côté paternaliste, traduit bien une conception regrettable des CC qui est de tout faire à la place des Maires. Ce serait une profonde erreur. Chaque commune doit régler sa cotisation et la communauté devra s’acquitter d’un montant supplémentaire à négocier. Il est évident aussi que le département des Landes doit contribuer comme le fait le 64 proportionnellement à la population concernée.

Il s’agit ici de l’intérêt général du Seignanx et de la conception des CC. Une hyper centralisation de tout et sur tous les sujets n’a aucun sens. Par contre faciliter la vie des habitants en accompagnant « le plus » qualitatif que permet le trambus, sera largement apprécié.

 

                                                                                        Jean Claude Hiquet 26-02-2019

* Je ne mets pas de guillemets car c'est l'esprit de l'intervention du Maire de Bayonne qui est repris et non la lettre.

Les élus du Seignanx. Les "couteaux sont tirés". Rien ne va plus. Faut consulter.

Les diverses séances traditionnelles de vœux, telles que  rapportées par Sud Ouest, montrent que dans le Seignanx, rien ne va plus, en particulier entre la majorité municipale de Tarnos et celle des autres communes. Dans cette situation, à plus forte raison dans le contexte participatif actuel, il est logique de consulter les citoyens.

 Pour le président Guilloteau les élus de Tarnos sont absents, pratiquent la politique de la chaise vide et pour le Maire de Tarnos rien n'est possible tant les tarnosiens, pourtant représentant 46% de la population du Seignanx sont soit ignorés soit exclus. 

La vice présidente PS représentant la majorité tarnosienne a en effet été exclue au motif qu'elle ne souhaitait pas une TEOM (Taxe d'enlèvement des ordures ménagères) au taux exorbitant voté à la CC. Au moment de la contestation du cout de nombreuses taxes, ce motif, aujourd'hui, semble pour le moins incongru. La fédération socialiste des landes qui par ailleurs se targue d'incarner la "vraie gauche", aurait du et devrait désapprouver le président de la communauté de communes. 

Ce dernier, pour les besoins de sa com, pointe les absences des tarnosiens. Cet argument répété et repris sans cesse permet d'éviter les sujets de fond. Donc  le président de la CC "démissionne" les tarnosiens et se plaint de ne point les voir suffisamment. Un comble. 
En fait ce qui lui importe c'est une majorité comptable à conforter, même à 2 voix près, en stigmatisant Tarnos. C'est le ciment de cette fausse majorité à la CC. C'est confortable en effet, un exécutif uniforme, qui a trouvé un bouc émissaire facile. Ces méthodes d'un autre temps sont dignes des pratiques du PC d'avant les années 80. 

 

Le président de la communauté de communes, dans son dernier éditorial et  dans ses vœux a convoqué l'histoire de la CC (Création en 1993) pour justifier le fonctionnement présent. On n'est pas à une approximation près. Je peux témoigner de méthodes tout à fait différentes avant la présidence Larre. On est passé d'une CC gérée par la concertation, le consensus et le travail en amont à une CC avançant au vote immédiat, quitte à le refaire s'il est défavorable. Et dans ce cas de figure le perdant s'incline, le compromis n'étant pas recherché. La minorité dans cette configuration étant particulièrement inutile le Maire de Tarnos est donc fondé à se poser des questions et en appeler aux citoyens.

La démocratie participative, il est vrai n'est pas le point fort de la CC. Jamais de réunions publiques sur le projet le plus important que furent les allées Shopping. Aujourd'hui c'est d'ailleurs le flou le plus absolu. Pour les aménagements très importants de Tosse (avec un Golf) on en est à la mise en place de jury citoyens après de forts nombreuses réunions ouvertes d'information. Dans le Seignanx point. RAS. 

Le président de la CC, ferait bien de se raviser, et en homme de gauche éclairé par les événements actuel, il pourrait par exemple engager une proposition d'action sur le pouvoir d'achat en revenant à un taux raisonnable de TEOM ou aussi proposer un compromis à Tarnos qui ne peut pas recevoir moins de 20% des investissements en disposant de plus de 40% de la population. Enfin, le président de la CC devrait songer à présider simplement, avec respect des sensibilités variées, et avec un exécutif représentatif de toutes les majorités municipales. C'est l'état d'esprit qui a prévalu à la création de la CC. L'hypercentralisation couteuse, était aussi refusée. Ces motivations font défaut aujourd'hui. Pour ces raisons les débats nationaux récents ont montré l'urgence d'une refonte de la loi NOTRE. (2015. Nouvelle organisation territoriale de la République)

 

Ces quelques pistes simples renvoient  aux idées partagées à gauche et au parti socialiste. Leur mise en œuvre sera de bonne augure pour les échéances prochaines en épargnant au Seignanx les combinaisons et manœuvres coutumières. Mais, je le crains, les "couteaux sont tirés" et les ambitions localement démesurées peuvent donner lieu au pire.Il appartient au PS, comme l'indique souvent notre fédération, de travailler aux indispensables rassemblements de la gauche

                                                                              Jean Claude Hiquet 3-02-2019

Trambus Tarnos. C'est parti.

Le 6 juin l'Hôtel de ville était trop petit pour accueillir le public venu s'informer sur les prochains travaux qui vont débuter en octobre.

Lire le compte rendu publié dans Sud Ouest. ICI

Diaporama présenté le 6 juin ci dessous..

Diaporama Trambus présenté le 6 juin.
TRAMBUS Tarnos juin 2018 low.pdf
Document Adobe Acrobat [1.3 MB]

Les collectivités territoriales principales forces conservatrices?

Le journal du dimanche du 08-10-2017 titre "La colère des Maires contre Macron". A priori il y a de quoi. La fin de la taxe d'habitation signifie-t-elle la fin de l'autonomie financière des collectivités? Le mouvement de baisse des dotations va se poursuivre à partir de 2019 et limitera l'investissement. Le marché proposé par l'exécutif, ce pacte "Girondin" consistant à dire "Faites des économies et on accompagne" n'a convaincu personne d'autant que les régions sont aussi mises à contribution. JC Hiquet 11-10-17  Lire ci-dessous.

Les collectivités territoriales principales forces conservatrices
Article Les collectivités territoriales [...]
Document Adobe Acrobat [50.1 KB]

Transports et territoire
 

Découvrir ICI notre futur moyen de transport

 

Un territoire a plusieurs rôles ou définitions. Souvent il a une fonction adminisrative avec un certain nombre de compétences. ( Périmètres hérités de 1789). C'est le cas du canton, du département. Peu importe ici si les habitants ont des sujets à partager en matière de santé ou de carte scolaire. Ils sont administrès et ils élisent des représentants.

Mais un territoire peut aussi réunir les habitants qui ont tout en commun: les enfants vont aux mêmes lycée, les sorties sont les mêmes, les trajets travail/domicile se croisent. Il s'agit des bassins de vie. Ils n'ont pas de gouvernance mais pourtant c'est là que sont traités les sujets de la vie quotidienne et c'est là que l'on constate un déficit démocratique puisque rien n'existe.

C'est le cas du Seignanx par rapport à Bayonne: 2 départements differents, 2 communautés de communes differentes mais pourtant des sujets identiques pour les habitants. Il en est ainsi des transports en commun.

 

Les habitants du Seignanx ne vont pas à Dax ou à Mont de Marsan et il serait ridicule d'organiser les transports dans ces directions. Le président de MACS avait cru un temps qu'en matière de transports une ligne St Martin de Hinx - Soustons pourait fonctionner. Voila un exemple parmi tant d'autres, de dépenses inutiles. L'expérience est interrompue.

Il faudra bien un jour que la décision politique deviennent connectée à la vraie vie.

La municipalité de Tarnos avait des 1977 considéré que malgré des départements differents il convenait de prendre en compte la situation géographique et de participer au syndicat des transports de l'agglomération Bayonne dès sa création.

Aujourd'hui malgré les compétences transport attribuées à la CC du Seignanx au Nord et à l'agglo Pays basque au sud, ce syndicat reste en place. Il convient de préciser que c'est grâce à la mobilisation tarnosienne (Association TOUS; Tarnosiens organisés unis et solidaires) et au sérieux des élus du Sud.

Enfin! des décisions et une gouvernance en adéquation avec la vie telle qu'elle va. Puisse cet exemple inspirer les réflexions à venir sur le millefeuille territorial que d'aucun critiquent volontier tout en se satisfaisant de la situation actuelle. C'est la bonne définition du conservatisme.                   
                                                                                       
Jean Claude Hiquet 25-02-2018

Quel transport en commun pour les habitants du territoire

 

Une enquète est réalisée par l'association TOUS afin de connaître les besoins, les souhaits des tarnosiens en matière de transport

 

La population est consultée sur le maillage des lignes de Bus en prévision de l'arrivée du Trambus.

 

L'expression des citoyens est possible aussi sur le site de la ville 

 

 Boucau / Tarnos. Pour un bon usage des perspectives Macron

 

 

La première conférence des territoires a eu lieu le 17 juillet. "Le numéro de charme de Macron" titre "Le Point". Evidemment, avec l'avantage de la clarté. Tout est clairement exprimé ou presque. Il faudra  faire des économies, (13 milliards) mais l'Etat préservera les zones en difficultés (Pas de fermetures de classes en primaire et haut débit).

Et surtout le président annonce, la fin d'un Etat jacobin. pour de vrai semble-t-il. Il indique:

"L'Etat doit maintenant agir de façon différenciée, aussi près que possible des territoires » et "injecter davantage de libertés".

C'est un véritable appel à l'initiative locale qui a été lancé, sur tous les sujets semble-t-il en particulier sur les économies à réaliser. Au passage il conviendra de réduire le nombre d'élus locaux , pourquoi pas si c'est assorti d'un véritable statut. C'est donc en opposition à une "France Jacobine"  défendue par à peu près tous les gouvernements jusqu'ici, que Macron propose aux territoires d'assumer leurs diversités avec "un pacte girondin".

Cette autonomie accrue proposée au "local" ne va pas manquer de défriser tous les centralisateurs, démocratiques ou pas, qui vont encore évoquer le code de la route le même pour tous.

Pourtant, il conviendrait de prendre Macron au mot et de faire un bon usage des perspectives proposées. Les contraintes financières sont lourdes. Les années1990/2010 ne reviendront pas. En outre les nouveaux projets ou besoins ont un coût sans commune mesure avec ce que l'on connaissait. Cela oblige au bon sens et au courage. Dans cette situation, deux solutions sont possibles pour les communes:

-  Ne pas bouger. Avec des communautés de communes de plus en plus mastodontes, centralisées, assurant la quasi totalité des compétences des maires. C'est la marginalisation de fait, à terme, des communes et de la démocratie de proximité. Il n'est même pas sûr pour le Seignanx que le périmètre actuel soit suffisant.

-  La fusion des communes proches. C'est un mouvement qui a déjà eu lieu dans les années 1950, qui a été faible par la suite ( 517 communes nouvelles en 2016/17 par la fusion de 1760 entités). La géographie et l'histoire indiquent que Boucau et Tarnos peuvent devenir une seule commune. (Voir Sud Ouest Dax du 20-07). C'est un enjeu à la fois de mutualisation intégrale des moyens et de démocratie de proximité.C'est une garanti pour peser dans l'intercommunalité

Ces évolutions seront les seules à préparer un avenir, qui reste aujourd'hui, par trop incertain. Il conviendrait alors d'anticiper les solutions plutôt que de les subir, et d'inviter les citoyens à se saisir de ces sujets, sans rester dans le revendicatif stérile.

 

Jean Claude Hiquet  20 juillet 2017.

 

* On célèbre cette année le 160ème anniversaire de la création de Boucau issu de 2 quartiers de Tarnos.

Création de Boucau regroupant 2 quartiers de Tarnos en 1857. Pourquoi? Et aujourd'hui?

 

Cette création, a donné lieu à une conférence le vendredi 15-09 à Boucau. Jean Pierre Cazaux, devant une salle comble, a présenté avec une précision d'horloger, les faits, les protagonistes, les cheminements qui ont conduit au décret du 14 septembre 1857 instituant une nouvelle commune en lieu et place de 2 quartiers de Tarnos, Boucau et Romatet. Il a su par sa sobriété, par le raccourci qui fait mouche ou le détail qui éclaire le sujet, raconter une histoire dont on a compris qu'elle a son actualité. JCH.
Lire la suie ci-dessous.

Création de Boucau regroupant 2 quartiers de Tarnos en 1857. Pourquoi? Et aujourd'hui?
Article Boucau.pdf
Document Adobe Acrobat [50.1 KB]

Réclame

Rendez vous

-  Mercredi 24 avrilLuna négra 20h15. COMMIS D'OFFICE. La Compagnie La Malice présente son nouveau spectacle d'improvisation « long form »

-  Mercredi 24 AvrilLe château de Gramont à Bidache. Bénédicte "Raconteur" de Pays propose des visites guidées  du château: la riche histoire des Gramont, les péripéties du château...2 visites guidées par semaine :Le mercredi et le samedi à 16h.
-  Jeudi 25 Avril.  Bayonne.  Luna négra. Jusqu'au 27. 20h15. NEUF MOIS PLUS TOT Humour & Café-théâtre. « Ils se marièrent et voulurent beaucoup d’enfants ». C’est tout naturel, ça coule de source. C’est ce que croit Marc. Seul en scène poétique de D. Jayat
- Vendredi 26 Avril. Rencontre Dédicace Librairie Hirigoyen. 18h. Véronique Ovaldé.

Tarnos

Bayonne 

LANDES

Musée basque

LUNA NEGRA Bayonne

DIDAM

Muséum. ANSOT. Expo. Jusqu'au 2-06-2019

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain