Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

Selon l'INSEE, "les bassins de vie sont définis comme les plus petits territoires au sein desquels les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants". Le Seignanx a donc pour centre Bayonne

Les bassins de vie ont été zonés en 2012. Le bassin de vie de Bayonne, comprend 37 communes selon l'INSEE. Le "Schéma de cohérence territoriale" de l'agglomération de Bayonne (SCOT) en compte 48. Il s'agit d'un " espace de convergences, où se rencontrent l’Adour, la Nive, le littoral Atlantique et la montagne basque."

Le SCOT dispose "de 2 EPCI, le Seignanx et une partie seulement de l’Agglomération Pays Basque". Tarnos compte 46% de la population du Seignanx. 

Une décentralisation respectueuse de la vie réelle, devrait permettre aux bassins de vie de disposer d'une gouvernance et d'une vie démocratique. C'est impossible aujourd'hui avec 2 départements (40 et 64) et 2 Communautés de communes.

Bayonne ville centre du bassin de vie.

Tarnos. Pour une campagne municipale dans la proposition et l'innovation

 

Ce mardi 11 février avait lieu, en réunion publique, la présentation de la liste "Tarnos ensemble". Il s'agit de la majorité sortante avec le Maire qui poursuit et une équipe renouvelée, rajeunie, mais qui garde un socle d'élus de l'ancienne mandature.

Une assistance très nombreuse était réunie. La salle était comble. 

Après un diaporama montrant des réalisations du mandat qui s'achève, Le Maire, a présenté non pas un programme mais davantage, un état d'esprit avec quelques pistes générales. On a bien vu que le futur de Tarnos, selon ses propos, s'inscrivait dans un cadre déjà acté: une urbanisation limitée dans l'espace et maitrisée, des espaces agricoles confortés, des services publics sans cesse renouvelés et améliorés.

Les propos du Maire évitaient les polémiques ou les phrases disqualifiant les futurs concurrents. Et c'est bien ainsi. Même la Communauté de Communes était épargnée. Et pourtant, la dernière période, a eu son lot de désaccords par presse interposée. Au contraire JM Lespade a prôné un état d'esprit apaisé.

Chaque candidat à tour de rôle, dans un ordre inverse de celui de la liste, s'est rapidement présenté. On retiendra dans les interventions, sérénité et enthousiasme, mais aussi, une qualité de réflexion évoquée par des élus qui sollicitaient à nouveau les électeurs. Si le but était aussi de montrer une forte motivation pour le prochain mandat, c'est réussi.

Les partis politiques étaient peu explicités. On a avancé davantage des valeurs de gauche. Les temps ont bien changé. Depuis le big bang de 2017, l'heure n'est plus aux arrangements d'appareils. La présentation officielle des résultats, dans l'ensemble des communes, en sera d'autant problématique. Mais souvent la presse indique l' appartenance  même pour des candidats qui aimeraient l'oublier le temps d'une élection. C'est bien sûr nécessaire.

 

A Tarnos, on aura pour ce qui est des concurrents à la majorité sortante, probablement 3 listes:

- La France insoumise, encore plus tarnosienne que les Tarnosiens, plus vertueuse que la vertu elle même, et relativement trop peu ouverte aux expérimentations possibles.

- Une liste écologiste, écologiste par défaut, dont on ne connait pas les contours pour le moment

- Une liste de Droite jumelée avec LREM qui fait dans le rétro en pointant le communisme comme si on était avant 1989. Mieux de fabriquer soi-même le concurrent à discréditer.

Ces trois listes ont en commun une proximité revendiquée avec le Président de la Communauté de commune.

On attend une campagne portant sur les contenus et non visant les personnes dans leurs choix individuels. La nouvelle configuration de la place Viro et ses perspectives? La volonté de création d'emplois sera-t-elle au rendez vous? Comment faire évoluer les offres de mobilité avec le "TRAMBUS"? ...etc.

Et comment retrouver un Etat d'esprit de coopération dans la CC? Ne peut-on pas alterner un élu de Tarnos avec celui d'une autre commune pour la présidence? Quel contenu proposer à une démocratie participative incontournable? Les jurys citoyens? Comment? 

Il y a, on le voit matière à mener une campagne constructive. Montrer que le local peut devenir exemplaire, non dans la personnalisation ou l'invective, mais dans la proposition et l'innovation.

                                                                       Jean Claude Hiquet 14-02-2020

Exclusion pour 9 moisde septembre 2019 à Mai 2020, de 4 camarades de la section socialiste de Tarnos

 

 

La fédération des Landes du PS, par le truchement de la commission des conflits, a donc exclu pour 9 mois, de septembre 2019 à Mai 2020, 4 camarades de la section de Tarnos élus à la communauté de commune.

Sud-ouest titrait le 11-12-2019: "Seignanx du Rififi au PS". C'est ainsi que le sujet a été rendu public, par l'intermédiaire d'un groupe d'opposition proche du Président de la communauté de communes. En section du PS nous avions décidé de ne pas en parler, le PS n'ayant pas besoin dans un contexte difficile d'ajouter du ridicule à sa situation déjà périlleuse.

Appel a donc été transmis en temps et en heure au Bureau national. Pas de suites en ce début janvier. Il y autre chose à faire. On le comprend. Bien entendu après la décision finale sur ce sujet je publierai les documents qui concernent ce conflit.

 

Ce désaccord entre socialistes tarnosiens et du Seignanx est ancien et il était de la responsabilité du Président de la CC de le solder par le haut. (Les délégués socialistes de Tarnos avaient pourtant fait le premier pas en votant pour lui lors de son élection.)

E Guilloteau a fait le contraire en choisissant de solliciter le département pour casser le PS Tarnosien. Ceci pour 9 mois à l'approche des municipales. C'est bien sûr un hasard. Ces tentatives de pressions et de manipulations  ont fait flop, puisque la fédération 40 du PS s'est empressée de soutenir le Maire sortant de Tarnos, ainsi donc que les exclus appartenant à la majorité municipale, pour le futur scrutin.

 

En réalité on ne comprend pas au PS du Seignanx que des chefs et des "godillots" suivistes ça n'existe plus. Les élus tarnosiens ne sont pas élus sur une liste "Guilloteau" mais doivent des comptes aux électeurs tarnosiens. 
Ils sont donc exclus au nom du parti dont le président de la CC serait le centre de gravité dans le Seignanx. Cette conception d'un parti fonctionnant sur la base du "Centralisme démocratique" a fait son temps et relève davantage de pratiques néo staliniennes plutôt que d'un fonctionnement apaisé.

Cette dérive traduit une inquiétude pour les prochaines municipales. La politique de la calculette indique qu'il faudra à E Guilloteau, un maximumde tarnosiens qui votent pour lui. Il lui faut des listes complaisantes sur Tarnos. Il y en aura peut -être 3. Pas mal joué mais plutôt raté pour ce qui est d'affaiblir la majorité sortante à Tarnos. Le contraire va se produire.

 

Et il serait pas mal que dans le Seignanx la pratique majoritaire cède la place à un fonctionnement de coopération. Utopique après cet épisode irresponsable? 
             

                                                                                             Jean Claude Hiquet 17-01-2020

Enfin… Quand la communauté de communes du Seignanx intègre que Bayonne est le centre de notre bassin de vie 
 

La CC du Seignanx souhaite demander son adhésion au syndicat des transports de l’agglomération de Bayonne. Une prise de conscience tardive de la vie locale, telle qu’elle va. Une prise de conscience que le bassin de vie est incontournable. Il en aura fallu des contorsions, du temps, et même la convocation de groupe de travail et bureau d’études, pour en arriver là. Pour découvrir en fait que le seul souhait des habitants du Seignanx c’est le déplacement vers Bayonne.  

Pour autant, en 2013, le maire de Bayonne, Grenet, s’était exprimé sur le sujet, lors de la présentation de ce qui allait devenir le projet Trambus. À la demande  d’adhésion au syndicat de transport formulée par un élu d’Ondres il a répondu: impossible. Et il a précisé: d’abord il faut une délibération du conseil municipal, ensuite on n’adhère pas à un projet lorsqu’il est ficelé. De nouvelles adhésions ne seront possible que dans quelques années. Et le financement ?. Il a ajouté : il y a trois ans vous avez été prévenu du projet et vous voila?. J’ai demandé au département des Landes de participer comme le font les PA. Refus. J Grenet avait même menacé de taxer les bus du 40, circulant à Bayonne. Depuis cette époque les coûts du projet ont sensiblement augmenté.

 

Aujourd’hui, on en est à la réalisation du TRAMBUS. et ces propos gardent quelque pertinence. Tarnos qui est au syndicat des transports depuis sa création, doit accepter par son vote que la CC du Seignanx adhère au syndicat en y respectant son exécutif. En effet, les Parkings de fin de ligne, dédiés au trambus sont une opportunité pour toutes les communes du canton. La compétence transport souhaitée par le président de la communauté de communes ne peut avoirqu’un objet unique qui est l’adhésion au syndicat.La proposition de payer la cotisation tarnosienne outre son  côté paternaliste, traduit bien une conception regrettable des CC qui est de tout faire à la place des Maires. Ce serait une profonde erreur. Chaque commune doit régler sa cotisation et la communauté devra s’acquitter d’un montant supplémentaire à négocier. Il est évident aussi que le département des Landes doit contribuer comme le fait le 64 proportionnellement à la population concernée.

Il s’agit ici de l’intérêt général du Seignanx et de la conception des CC. Une hyper centralisation de tout et sur tous les sujets n’a aucun sens. Par contre faciliter la vie des habitants en accompagnant « le plus » qualitatif que permet le trambus, sera largement apprécié.

 

                                                                                        Jean Claude Hiquet 26-02-2019

* Je ne mets pas de guillemets car c'est l'esprit de l'intervention du Maire de Bayonne qui est repris et non la lettre.

Le Seignanx se distingue encore, mais...de la pire des façons

 

Voila que le Seignanx se distingue encore, mais ici de la pire des façons. J'apprends que la conseillère départementale, Eva Belin s'est trouvée prise à partie, physiquement agressée par le 1er adjoint de St Martin de Seignanx, vice président de la Communauté de communes, en marge d'une inauguration à St André. Plainte a été déposée et des témoins attestent ces faits. Ils sont gravissimes.

D'autant que leur auteur n'en est pas à son premier dérapage. Le premier adjoint de St Martin, avait refusé l'entrée du bureau de vote qu'il présidait, en 2015 à Mme Belin. Illégal et insupportable.

Chaque élu doit se désolidariser de telles pratiques. Se taire vaut "laisser faire" sinon approbation.

Le député, ex Maire de St Martin, très proche de cet homme de droite, auteur de ces actes doit condamner de telles pratiques. même s'il ajoute à son propos l'expression "si elles sont avérées".

Il en est de même du président de la communauté de commune. 
Il en va de l'image des élus, des valeurs qu'ils portent, en tant qu'élus, de dignité et de respect de la loi.

En outre il est évident que le vice président de la CC et premier adjoint de St Martin ne saurait conserver ses délégations. Les lui retirer relève de l'ensemble des élus qui montreront ainsi, ou pas,  leur degré de conscience et de responsabilité.
                                                                            Jean Claude Hiquet 18-07-2019

Les élus du Seignanx. Les "couteaux sont tirés". Rien ne va plus. Faut consulter.

Les diverses séances traditionnelles de vœux, telles que  rapportées par Sud Ouest, montrent que dans le Seignanx, rien ne va plus, en particulier entre la majorité municipale de Tarnos et celle des autres communes. Dans cette situation, à plus forte raison dans le contexte participatif actuel, il est logique de consulter les citoyens.

 Pour le président Guilloteau les élus de Tarnos sont absents, pratiquent la politique de la chaise vide et pour le Maire de Tarnos rien n'est possible tant les tarnosiens, pourtant représentant 46% de la population du Seignanx sont soit ignorés soit exclus. 

La vice présidente PS représentant la majorité tarnosienne a en effet été exclue au motif qu'elle ne souhaitait pas une TEOM (Taxe d'enlèvement des ordures ménagères) au taux exorbitant voté à la CC. Au moment de la contestation du cout de nombreuses taxes, ce motif, aujourd'hui, semble pour le moins incongru. La fédération socialiste des landes qui par ailleurs se targue d'incarner la "vraie gauche", aurait du et devrait désapprouver le président de la communauté de communes. 

Ce dernier, pour les besoins de sa com, pointe les absences des tarnosiens. Cet argument répété et repris sans cesse permet d'éviter les sujets de fond. Donc  le président de la CC "démissionne" les tarnosiens et se plaint de ne point les voir suffisamment. Un comble. 
En fait ce qui lui importe c'est une majorité comptable à conforter, même à 2 voix près, en stigmatisant Tarnos. C'est le ciment de cette fausse majorité à la CC. C'est confortable en effet, un exécutif uniforme, qui a trouvé un bouc émissaire facile. Ces méthodes d'un autre temps sont dignes des pratiques du PC d'avant les années 80. 

 

Le président de la communauté de communes, dans son dernier éditorial et  dans ses vœux a convoqué l'histoire de la CC (Création en 1993) pour justifier le fonctionnement présent. On n'est pas à une approximation près. Je peux témoigner de méthodes tout à fait différentes avant la présidence Larre. On est passé d'une CC gérée par la concertation, le consensus et le travail en amont à une CC avançant au vote immédiat, quitte à le refaire s'il est défavorable. Et dans ce cas de figure le perdant s'incline, le compromis n'étant pas recherché. La minorité dans cette configuration étant particulièrement inutile le Maire de Tarnos est donc fondé à se poser des questions et en appeler aux citoyens.

La démocratie participative, il est vrai n'est pas le point fort de la CC. Jamais de réunions publiques sur le projet le plus important que furent les allées Shopping. Aujourd'hui c'est d'ailleurs le flou le plus absolu. Pour les aménagements très importants de Tosse (avec un Golf) on en est à la mise en place de jury citoyens après de forts nombreuses réunions ouvertes d'information. Dans le Seignanx point. RAS. 

Le président de la CC, ferait bien de se raviser, et en homme de gauche éclairé par les événements actuel, il pourrait par exemple engager une proposition d'action sur le pouvoir d'achat en revenant à un taux raisonnable de TEOM ou aussi proposer un compromis à Tarnos qui ne peut pas recevoir moins de 20% des investissements en disposant de plus de 40% de la population. Enfin, le président de la CC devrait songer à présider simplement, avec respect des sensibilités variées, et avec un exécutif représentatif de toutes les majorités municipales. C'est l'état d'esprit qui a prévalu à la création de la CC. L'hypercentralisation couteuse, était aussi refusée. Ces motivations font défaut aujourd'hui. Pour ces raisons les débats nationaux récents ont montré l'urgence d'une refonte de la loi NOTRE. (2015. Nouvelle organisation territoriale de la République)

 

Ces quelques pistes simples renvoient  aux idées partagées à gauche et au parti socialiste. Leur mise en œuvre sera de bonne augure pour les échéances prochaines en épargnant au Seignanx les combinaisons et manœuvres coutumières. Mais, je le crains, les "couteaux sont tirés" et les ambitions localement démesurées peuvent donner lieu au pire.Il appartient au PS, comme l'indique souvent notre fédération, de travailler aux indispensables rassemblements de la gauche

                                                                              Jean Claude Hiquet 3-02-2019

Trambus Tarnos. C'est parti.

Le 6 juin l'Hôtel de ville était trop petit pour accueillir le public venu s'informer sur les prochains travaux qui vont débuter en octobre.

Lire le compte rendu publié dans Sud Ouest. ICI

Diaporama présenté le 6 juin ci dessous..

Diaporama Trambus présenté le 6 juin.
TRAMBUS Tarnos juin 2018 low.pdf
Document Adobe Acrobat [1.3 MB]

Les collectivités territoriales principales forces conservatrices?

Le journal du dimanche du 08-10-2017 titre "La colère des Maires contre Macron". A priori il y a de quoi. La fin de la taxe d'habitation signifie-t-elle la fin de l'autonomie financière des collectivités? Le mouvement de baisse des dotations va se poursuivre à partir de 2019 et limitera l'investissement. Le marché proposé par l'exécutif, ce pacte "Girondin" consistant à dire "Faites des économies et on accompagne" n'a convaincu personne d'autant que les régions sont aussi mises à contribution. JC Hiquet 11-10-17  Lire ci-dessous.

Les collectivités territoriales principales forces conservatrices
Article Les collectivités territoriales [...]
Document Adobe Acrobat [50.1 KB]

Transports et territoire
 

Découvrir ICI notre futur moyen de transport

 

Un territoire a plusieurs rôles ou définitions. Souvent il a une fonction adminisrative avec un certain nombre de compétences. ( Périmètres hérités de 1789). C'est le cas du canton, du département. Peu importe ici si les habitants ont des sujets à partager en matière de santé ou de carte scolaire. Ils sont administrès et ils élisent des représentants.

Mais un territoire peut aussi réunir les habitants qui ont tout en commun: les enfants vont aux mêmes lycée, les sorties sont les mêmes, les trajets travail/domicile se croisent. Il s'agit des bassins de vie. Ils n'ont pas de gouvernance mais pourtant c'est là que sont traités les sujets de la vie quotidienne et c'est là que l'on constate un déficit démocratique puisque rien n'existe.

C'est le cas du Seignanx par rapport à Bayonne: 2 départements differents, 2 communautés de communes differentes mais pourtant des sujets identiques pour les habitants. Il en est ainsi des transports en commun.

 

Les habitants du Seignanx ne vont pas à Dax ou à Mont de Marsan et il serait ridicule d'organiser les transports dans ces directions. Le président de MACS avait cru un temps qu'en matière de transports une ligne St Martin de Hinx - Soustons pourait fonctionner. Voila un exemple parmi tant d'autres, de dépenses inutiles. L'expérience est interrompue.

Il faudra bien un jour que la décision politique deviennent connectée à la vraie vie.

La municipalité de Tarnos avait des 1977 considéré que malgré des départements differents il convenait de prendre en compte la situation géographique et de participer au syndicat des transports de l'agglomération Bayonne dès sa création.

Aujourd'hui malgré les compétences transport attribuées à la CC du Seignanx au Nord et à l'agglo Pays basque au sud, ce syndicat reste en place. Il convient de préciser que c'est grâce à la mobilisation tarnosienne (Association TOUS; Tarnosiens organisés unis et solidaires) et au sérieux des élus du Sud.

Enfin! des décisions et une gouvernance en adéquation avec la vie telle qu'elle va. Puisse cet exemple inspirer les réflexions à venir sur le millefeuille territorial que d'aucun critiquent volontier tout en se satisfaisant de la situation actuelle. C'est la bonne définition du conservatisme.                   
                                                                                       
Jean Claude Hiquet 25-02-2018

Réclame

Rendez vous

 

-  Vendredi 21 Février. Luna négra. 20h30. Jusqu'au samedi 22. " Un macchabée dans la baignoire". V. Charval, J. Husser, A. Camus, T. Marchand, E. Perrot. Maxime s'apprête à recevoir chez lui une nouvelle conquête ... Quand, soudain, on sonne à la porte.
-  Vendredi 21 Février. Maison des associations. Glain. 15h. Des femmes dans leurs atours

(Collection Gramont XVIe- XXe siècle). Olivier Ribeton, Conservateur en chef du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne
-  Samedi 22 Février. Bayonne. 11h place Lacarre – 11h40 Halles, rue Bernadou.

Baionan Kantuz est une invitation à chanter un programme de chants populaires basques en musique. Un livret de paroles est mis à disposition sur place.

Landes  - Tarnos - 

TARNOS. Saison culturelle 2019-2020
Tarnos 2019-20 DVCS programme culture 20[...]
Document Adobe Acrobat [2.0 MB]

Bayonne 

Musée basque

Luna Negra

DIDAM                                  

Muséum. Plaine d'Ansot. Exposition temporaire

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain