Jean Claude Hiquet | D'ici à demain
Jean Claude Hiquet | D'ici à demain

Et les retraites

Retraites: Les gagnants sont les premiers de cordée pour le moment. Seule une mobilisation permettra un nouveau système juste.

 

Je n'ai pas pour habitude ici de "coller “à l'actualité mais la réforme des retraites est à un tournant. On peut affirmer d'ores et déjà qu'un nouveau système verra le jour, à la fois universaliste et individualisé donc proche du parcours de chacun. Il sera bâtit sur les principes "d’unicité, d'universalité et de solidarité et géré par les bénéficiaires eux-mêmes". C'est ce qui était indiqué à la libération, et qui reste toujours la volonté des syndicats réformistes.
Mais on en est loin tant les gagnants, sont les "premiers de cordée". Ils voient leurs possibilités de "capitalisations" renforcées. Seule une mobilisation permettra la naissance d'un nouveau système juste
Cette mobilisation semble aujourd'hui impossible, les gauches syndicale et politique semblent pour le coup irréconciliables et incapables d'incarner une alternative.

 

Recul tactique du gouvernement.
Le mouvement social aujourd'hui n'a plus d'autre objectif que la grève elle même et une radicalisation sans perspectives. 
Il reste la négociation à venir, qui aura besoin d'un soutien solide de l'opinion, face à un patronat rétrograde et un pouvoir qui cherche à toute force à intégrer des marqueurs de droite comme l'âge. 

En fait le premier ministre n'a opéré qu'un recul tactique sur l'âge pivot.

En effet, ce qui est retiré, sous conditions d'accord de la commission de financement au 30 avril, c'est le retrait de l'âge pivot pour la période 2022/2027. Pour la suite, les mesures d'âge d'équilibre sont prévues dans le futur système, ce qui est un contre sens total, pour une configuration fondée sur la durée de cotisations.

 

Équités. Patrimoine des derniers de cordée
Le futur système est justifié, par la formule: "Pour tous, le premier euro touché vaut cotisation d'où égalité". Ceci est répété inlassablement par les inconditionnels de LREM. Comme si le premier euro pour les uns n'était pas le 500ème pour les autres. Bref le chemin de l'équité sera long  à trouver. Il y faudra un combat de tous  y compris de FO et de la CGT qui, il faut l'espérer, viendront négocier ce futur système.
Avec la réforme Hollande/Touraine la durée de cotisation sera déjà de 43 ans pour une retraite à taux plein, ceci progressivement pour 2030. Il est difficile d'aller au delà. 

Il faut de la justice sociale et de la solidarité réelle. La retraite est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas et donc tout nouveau système doit être financé par tous proportionnellent aux revenus acquis. Ainsi la retraite sera le patrimoine des derniers de cordée.

 

Un nouveau système réparateur
Ceci implique imagination et courage si l'on veut un système qui emporte l'adhésion. Ce nouveau système devra être réparateur des injustices de la vie et donc il devra atténuer les écarts de revenus amplifiés durant la vie professionnelle.

Quelques mesures paraissent incontournables

+ Une vraie solidarité et donc le financement devra concerner tous les revenus avec un déplafonnement maximal des cotisations ce qui implique de revenir sur les mesures récentes en particulier fiscales favorisant le système par "capitalisation". Il faudra associer l'ensemble des revenus et utiliser une CSG vraiment généralisée comme c'était, selon Rocard, sa vocation première.

La prise en compte de la pénibilité : les quatre critères de pénibilité (risques chimiques, port de charges lourdes, postures pénibles, vibrations) écartés en 2017 doivent être enfin pris en compte pour permettre à plus de 600 000 personnes supplémentaires de partir plus tôt à la retraite (métiers du bâtiment, des travaux publics, de l’agroalimentaire, de la santé…)

La pénibilité sera corrélée au nombre de points acquis. Si un âge d'équilibre est négocié il devra être variable et aussi corrélé à la pénibilité. 

Un minimum de pension pour une carrière complète plus élevé. Le projet prévoit 1000€, ce qui est en dessous du seuil de pauvreté (1041 €). Parvenir à un revenu minimum des retraités significatif,  est aussi un objectif de solidarité. Ne pas oublier d'encadrer les "Retraites Chapeau" ainsi que les cumuls variés observés fréquemment.

Sécuriser les transitions vers le nouveau système implique du temps et des compensations. C'est le cas pour les régimes spéciaux actuels ainsi que pour nombre de professions.

 

Le nouveau système aura une gestion paritaire. Démonstration est faite que les partenaires        sociaux sont aptes à gérer pour peu que les pouvoirs n'obligent pas à des impératifs impossibles.

                                                                                              Jean Claude Hiquet 17-01-2020

Mobilisations Retraite. Pour un autre système, juste et réparateur

 

La retraite doit être considérée, comme le patrimoine de ceux qui n'en ont pas. C'est le droit le plus inaliénable légué par les luttes anciennes. Il nous vient des corporations et chacune s'était organisée avec plus ou moins d'efficacité jusqu'à la création d'un système unifié au lendemain de la 2ème guerre mondiale. C'est le nôtre aujourd'hui. 

C'est un système par répartition, les actifs cotisant pour les retraités.

Mais on n'est pas passé d'un système éclaté à un système unifié, sans garder la marque et les reflets du monde tel qu'il était en 1945: un secteur salarié et public dominant, un secteur rural très nombreux mais peu concerné, comme les femmes travaillant peu et votant pour la première fois en 1945. Les fonctionnaires av aient leur régime depuis 1853.

On a conforté des régimes spéciaux, choix politique correspondant aux nécessités de la reconstruction et aux aspirations à un mieux vivre. Il y en a 10 en fait: SNCF sous statut, EDF/GDF, Notariat, RATP, Marine, Mines, Banque de France, Opéra, Comédie Française, Port autonome de Strasbourg. D'autres se sont rajoutés. Ceci est la traduction de choix datés. 

Ils ne peuvent plus être ceux d'aujourd'hui. Aujourd'hui, les femmes travaillent et perçoivent une pension inférieure de 40% à celle des hommes. Le monde rural perçoit très peu et le secteur salarial est en nette perte de vitesse. Notre société est  éclatée en "Archipel" selon Jérôme Fourquet. Elle est à réparer, et les Retraites doivent aussi répondre à un monde d'"Apartheid social". Elles doivent permettre à celles et ceux qui ont peu, de mieux vivre leur 3ème âge.

 

La longue histoire des régimes de retraites est devenue aujourd'hui un système amplificateur d'inégalités. Renforcer son financement conduira mécaniquement à le rendre encore plus injuste. 
C'est une réforme structurelle qui est souhaitable pour parvenir, après des transitions plus ou moins longues, à un régime de retraites universel.

 

Une mobilisation d'importance est en cours. Ses mobiles sont variés. On trouve à la fois:
- Un ras le bol des inégalités, des précarités, des pauvretés qui se transmettent.

- Un refus d'un nouveau système de retraites par points ou autre et une refus de toute modification globale donc une validation du système actuel.

- Une addition de mobilisations catégorielles ou professionnelles qui de fait revient à une défense des "régimes spéciaux".

- Une revanche syndicale après l'épisode "Gilets jaunes" et les mobilisations désastreuses de 2018.

- Des revanches politiques du type "Tous contre Macron" avec un FN qui appelle au mouvement et un PS oubliant ses propres mesures qui appelle aussi ses sympathisants à rejoindre les manifestants.

Quoi qu'il en soit  une pression forte et rassemblée est souhaitableElle devra  trouver des mobiles unificateurs, pour une négociation future. On est loin du compte pour me moment.

 

Quelles négociations?

Les réformes paramétriques, votées par la gauche et par la droite sont en cours de réalisation. Le système est en voie d'équilibre financier. Si des ajustements sont nécessaires, la solidarité entre les régimes actuels peu y pallier. Et oui n'en déplaise au Président du Sénat qui défend "bec et ongle" la "cagnotte" sénatoriale. Un minimum de fraternité des élus ne ferait pas de mal dans un contexte de défiance à l'égard des "politiques".

C'est une réforme globale qu'il convient de préparer pour l'avenir, en mettant en place un système universel de retraite réparateur d'injustices. Cette refondation garantira un patrimoine en particulier à ceux qui n'en ont pas.

Quelques pistes:

- Renforcer les cotisations en les déplafonnant et en élargissant leurs bases à tous les revenus.

- Prendre en compte une situation terrible des salaires en les augmentant dans le privé et le public. 75% des Français sont pour une réforme systémique, mais s'ils soutiennent le mouvement c'est parce qu'ils n'en peuvent plus de leur pouvoir d'achat.

Réparer les injustices de la société: Réduire, pour les retraites, sensiblement, l'écart entre ceux qui touchent le plus et les autres, parvenir à un minimum de pensions équivalent au SMIC. Prendre en compte les accidents de la vie.

-  Faire converger les systèmes actuels (tous) vers un système universel  avec des transitions variables selon les situations, en fonctions des pénibilités qui feront l'objet d'un diagnostic partagé.

 

Ces pistes ne sont pas les seules. 
La mobilisation actuelle n'est pas explicable par la seule question des retraites. Elle est aussi contestation de toutes les élites qui feraient bien de devenir plus exemplaires. Elle est aussi revendication d'un "pouvoir de vivre" qui échappe à beaucoup trop de nos concitoyens.
                                                                                   Jean Claude Hiquet. 3-12-2019

Mairies du Seignanx et Bassin de vie

RECLAMES

Landes  - Tarnos 

BAYONNE

MUSEE BASQUE ET DE L'HISTOIRE DE BAYONNE

Biarritz. 28 Septembre

BARTHES ANSOT

CAUTERETS

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean Claude Hiquet | D'ici à demain